Home / a la une / Test Hashtagg Raijin 26″
http://www.seriousconnection.com/
IMG_7454

Test Hashtagg Raijin 26″

Hashtagg_logo

Voilà maintenant 1 an et demi que la marque Hashtagg existe, et en peu de temps, beaucoup de produits ont été développés. Nous allons vous présenter quelques éléments qui font partie du catalogue, déjà bien remplit. Il faut savoir que toutes ces pièces ont étés mises au point par les pilotes de la marque, tels que Mireia Abant, Gemma Abant, Loris Braun, Orban Barra, Ion Areitio, Nicolas Vallée, et bien sûr à la tête de cette équipe, Vincent Hermance. Autant dire que la marque Hashtagg est très bien représentée au plus haut niveau international. C’est d’ailleurs avec beaucoup de plaisir que nous avons accepté la proposition de Vincent, lorsqu’il nous a proposé d’essayer le nouveau cadre Raijin 26, le pédalier BB30, la guidoline, la chaine, et le nouveau cintre. Tous ces produits sont disponibles sur le site hashtagg.fr

Hashtagg_Raijin

Présentation
Hashtagg_pedalier
Pour commencer, la guidoline est fabriquée dans une matière de type cuir, et offre une excellente accroche, tout comme sa finesse procure une bonne précision. Son tarif assez élevé de 13€ peut vous freiner, mais sa longévité vous aidera à faire passer la pilule. 
Le tout nouveau cintre carbone, récemment sorti, est reconnaissable par sa forme très relevée. Il est d’une largeur de 720mm, et est affiché au tarif de 125€. Il oblige l’utilisation d’une potence à 4 vis, car sa forme ovale sur le cintrage empêche le passage dans une potence simple. A l’usage, on s’aperçoit qu’il faut l’orienter très vers l’avant afin d’avoir une position plus agréable, qui par la même occasion, aide à positionner votre corps en avant, surtout lors des plantés de roue avant.

La chaîne vous permettra de sortir de l’ordinaire avec sa couleur jaune vif qui ne passe pas inaperçu. Après quelques heures de roulage, une chaîne classique se détend rapidement, alors que celle-ci reste en tension plus longtemps. Elle propose un bon compromis poids/solidité à 270g, et coûte 33.5€.
Un certain nombre de marque se sont lancées dans la conception de nouveaux pédaliers de type BB30. Pour info, ce système existe déjà dans le VTT, et cette appellation veut dire que l’axe de pédalier de 30mm de diamètre forme une seule pièce avec la manivelle droite. La manivelle gauche, elle, fait office de verrouillage, avec une vis centrale qui vient comprimer les roulements, et une autre qui fait office de serrage de la manivelle sur l’axe. Pour les roulements, il y a 2 montages différents. Le premier oblige à avoir un cadre spécifique, car les roulements sont insérés directement dans la boite de pédalier, qui est d’ailleurs plus large que sur les cadres classiques. Chez Hashtagg, les roulements sont à l’extérieur, dans des cuvettes vissées sur le cadre. L’avantage est que l’on peut monter ce pédalier sur tout cadre qui utilise les pédaliers ISIS (pédalier ancienne génération). Autre avantage, le système de fixation de la roue libre sur ce pédalier se retrouve coincé sur des cannelures. Son démontage en devient donc beaucoup plus facile, pas besoin là de long bras de levier. Il suffit juste de dévisser 2 vis sur la manivelle gauche, d’extraire l’axe du cadre, et le tour est joué. D’autres pédaliers type BB30 sont eux équipés de roue libre classique vissée sur la manivelle droite. Nota, pour avoir une qualité de roulements parfaite, avant le montage des cuvettes, vérifiez bien que les 2 faces de la boite de pédalier soient bien parallèles, sinon vous risquez d’avoir des points dur. Son prix élevé de 475€ tout compris, manivelles, cuvettes, roue libre, et protection, est justifié par sa qualité. Les manivelles sont usinées, et la roue libre est très fiable.

Hashtagg_arceauLe meilleur pour la fin, le cadre RAIJIN 26. Avec son poids de 1540g nu, Hashtagg rentre d’entré de jeux dans la catégorie des poids plume. La conception globale reste classique, sans innovation particulière. Le travail de gain de poids se joue sur l’épaisseur des tubes. On remarque aussi, toujours pour un gain de poids, que la douille de direction est très évidée. Pour les roulements de direction, il y a 2 montages différents entre le haut et le bas. Sur la partie haute, on retrouve un roulements intégré, et pour le bas, un semi intégré. Des petits goussets de renforts sont là pour rigidifier la douille de direction, sur sa partie haute et basse. Le tube diagonal est de forme ovale dans le sens de la hauteur, et finit, toujours ovale, sur la boite de pédalier mais cette fois dans le sens de la largeur. Ce même tube est en triple épaisseur, donc très fin en partie centrale. Attention donc aux poc… Le yoke est fait en une seule pièce, et reçoit des bases arrières de forme octogonale, ce qui est une première. Ces bases retrouvent les haubans, eux aussi de forme originale en losange, sur des pattes coquilles de très belle facture.
La tension de chaîne se fait par le biais d’escargots. L’arceau rigidificateur intégré, fait aussi office de support d’étriers HS33, assez fin mais très efficace. Le tube supérieur reste ovale dans le même sens sur toute sa longueur. Son prix est de 775€.
.
Hashtagg_guidon

.
.
.
.
.
.
.
.
Hashtagg_saut
Sur les zones

La première fois ou l’on pose les mains sur le cintre, on ressent une sensation inhabituelle, avec une orientation très vers l’avant, ce qui demande un temps d’adaptation. La géométrie du cadre est très agréable. A plat, l’équilibre est parfait, tout comme les déplacements des roues avant et arrière.
Dès que l’on commence les franchissements, le caractère du cadre s’affirme. Les enroulées ne sont pas vraiment sa tasse de thé, il est clair que le bunny planté reste la meilleure technique pour les franchissements de marches.
Cette technique convient aussi très bien pour les transferts sur la roue avant, où la aussi, les gestes se font naturellement. Sur les longues prises d’élan, la sensation de rigidité de toute la partie arrière se fait ressentir, certainement due au pédalier bien secondé par un triangle arrière conçu avec des tubes à facettes. De ce fait, les roues arrières sont précises, et avec une grande sensation de puissance. L’empattement long et le boîtier haut facilitent les 2 temps. Les latéraux sont plus complexes sur un départ les 2 roues à plat, l’enchaînement des gestes est plus dur physiquement. Par contre, sur un départ en roue arrière, on force beaucoup moins pour faire la bascule sur la roue avant.

Conclusion
Hashtagg nous propose un cadre vraiment étudié pour la compétition, avec beaucoup de rigidité, surtout sur la partie arrière du cadre, bien secondé par un pédalier qui retransmet la moindre sollicitation des pédales. Débutant s’abstenir

Géométrie
Empattement : 1090mm
Bases arrières : 377mm
Boitier : +70mm
Angle de direction : 71.5°
Fiche technique
Cadre aluminium 7005 T6
Moyeu arrière 116mm

IMG_7454Hashtagg_douille
Hashtagg_rocHashtagg_marche
Hashtagg_rotationHashtagg_marche_2

Test : Alexandre Maynadier – Photos : Christopher Franck

http://trial.monty-store.com

Check Also

Hannes Herrmann berlin 2017

Berlin Trials Cup, de beaux mouvements en images

Voici des images de la Berlin Trials Cup que nous propose l’organisation. Merci à eux …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

%d blogueurs aiment cette page :